Dictionerfs – Inédits – LE FLOU TENDU

LE FLOU TENDU, Exercice de style (Tant d’-u ? Non tant d’-f)

Fini le flonflon de la rentrée. Le prof se farcit le flot du flou, se fade du pas fini.
Il est fou furieux à cause de la réforme. Les formations difformes ont fini de l’échauffer. Il chauffe encore dans ce dialogue de fours. Comme un GIF affolé.
Fulminer nuit à sa forme ? Pffft…s’en fiche !
Il est déjà à fond et, affaibli, il a de quoi s’affoler. Un frein n’en cache pas forcément un autre.
Pour ce prof, La Fontaine déforme sa fable et l’affuble d’un « La fièvre et l’infortune ».

Dans ce flou tendu, le prof a une folle envie de diéser. Fe, Fi, Fo, Fu…Fa, je vous aime !

Prof de lettre -f. Sa férule ferre les -f (et ne serre pas les fesses).

f972bbd961d6de4e510d97fa16ae90db
Lire la suite

DICTIONERFS – Inédits – QUE PEUT-ON DONC BIEN LÂCHER DANS UN COLLÈGE ?

QUE PEUT-ON DONC BIEN LÂCHER DANS UN COLLÈGE ?, QLM (Questionnaire à Lâchers multiples)

ballons-gonfler-multicolore-p3333001-1Lâcher le vieux ? Le vintage ? Le vétuste ? Lâcher retro…Satana ?
L’âge de tout lâcher (ou jeune lâche rien ?)

Lâcher des ballons ? Du transversal ? Du savant-centre ? Un numéro de L’Équipe ? Lâcher l’épique ?
Lâcher le latin.

Lâcher L’HLM ? Le quartier ? La cité ? La zone sensible ?
Lâcher la courte échelle pour l’ascenseur social.

Lâcher les profs ? Leur corps comme viande lâchée ? L’EPI ? L’AP (sans préparer la guerre) ?
Lâcher prise.

Lâcher lâchement ? Lâcher le train de l’indifférence ? Lâcher un aveu ?
Lâcher un non.

Lâcher le profit ? Lâcher vitrine ? Lâcher le fric ?
Là, chez soi, un beau Service Public.

Lâcher des colombes (et faire l’AP ?) ? Des pigeons ? Des chiens de fonctionnaires ?
Lâcher la proie pour l’ombre.

Lâcher menu ? Lâcher haché ? Lâcher par morceaux ? Lâcher Parmentier ?
Lâcher un tout petit oui.

Lâcher à l’arrache ? Le peloton d’exécution ? Des bombes…de peinture ? Un coup de « Ça fusil comme ça ! » ?

Lâcher des fées ? des nains ? la bave du crapaud ?
Il était une fois « lâcher ».

Lâcher pied ? Puis (selon ce qui tombe sur ledit pied) lâcher une bordée d’injures ? S’lâcher et s’fâcher ? Clasher ?
Lâcher des injures.

Lâcher des élèves ? qui lâchent leurs études ? ce qui fâche les stats ?
Lâcher interdit.

Lâcher des taureaux ? Parler cornes et désobéissance ? Ne rien lâcher ? Lâcher interdit !

Lâcher HG ? Lâcher des heures ? Lâcher son métier ? Lâcher autorisé !

Lâcher les amarres ? Les y’en a marre ? Lâcher le navire ?
Tout lâcher au lieu de ne rien lâcher.

Lâcher ? Leave ? Leave a message ? Lâcher un commentaire ?

Corde raide. Entre lâcher du lest et ne rien lâcher, c’est tout un art d’aller de l’avant en prenant du recul.

Dictionerfs – Inédits – CHANTER SOUS LA PLUIE POUR UNE POIGNÉE DE DOLLARS

DANSER SOUS LA PLUIE POUR QUELQUES DOLLARS, Comédie musicall of the wild (western et side story)

Il prend le temps comme il vient. Du gros, du lourd qui mouille.
Il pleut dans son cœur de métier.
On lui fait prendre des sens interdisciplinaires, des impasses à EPI. L’endroit, c’est l’envers. Et l’envers ? On verra.
Temps de chien. On lui remue le couteau dans la pluie. On la-pluie où ça fait mal. Aïe !

deux-films

Lire la suite

Dictionerfs – Inédits – LE DJINN TROUÉ

LE DJINN TROUÉ, Impensable et invisible (Chassez le surnaturel, il revient au galop)

Le prof est seul.

Aucun lutin ne range ses affaires pendant la nuit. Aucun ne lui a préparé ses cours quand il a mal dormi. Aucun ne lui rend la vie meilleure pour l’aider à supporter les effets de la réforme du collège. Aucun ne l’empêche de se taper la tête contre les murs.

Le prof est solitaire et glacé.

Quand on lui Grimm la vie, ça finit en conte de fée, ni fait ni à faire.

Et voilà : le prof a été la victime d’un Djinn troué. D’un lutin de sa mère.

Il était une fois n’est pas coutume…

credit-card-1591492_640
Lire la suite

Dictionerfs – Inédits – L’ATTROUPEMENT

L’ATTROUPEMENT, Scène classique (Collège massifié)

Devant le portail en fin de journée, on fait sonner la troupe. Les fuites doivent être colmatées. C’est un plan B de plombier. Pour cela, les surveillants sont sonnés, coincés, plaqués. C’est l’attroupement généralisé.
« On ne passe pas» « Carnet, s’il te plaît »

jours

Lire la suite