Dictionerfs – Inédits – ÉLOGE DU TRAIT D’UNION

ÉLOGE DU TRAIT D’UNION, typographie pédagogique (tiret court ou bien très très long)

Même si les élèves l’oublient souvent en dictée («à cette heurelà»), la communauté éducative doit le souligner, se le cheviller au corps, le porter aux nues.
Hélas, ce n’est pas toujours l’ «aux nues» qu’on croit.
Parfois pour porter aux nues le trait d’union, il faut une âme de Casque Bleu. Avoir du maintien ne suffit pas toujours, mieux vaut posséder une certaine force. (remonte-pente, avant-centre, branle-bas, en-avant, pur-sang, trompe-la-mort, va-tout)

tiret

Il y a de quoi se mobiliser quand le trait d’union ressemble à un trognon.

Le trognon ? C’est ce qu’il reste de la solidarité quand elle a été rongée par des décisions académiques et des querelles intestines. (arrière-boutique, traîne-misère, emporte-pièce, coupe-papier, s’entre-dévorer)

Il ne reste plus qu’un trait d’oignon à pleurer en pleine cuisine interne après avoir pelé la DHG. (cache-misère, gagne-petit, abaisse-langue, hold-up, crève-cœur, pique-assiette, haut-le-cœur, ras-le-bol)

Le trait d’union tremble. C’est la peur, l’incertitude, la désolidarisation. Le trait d’union se fait trou de souris. Le trait de souris. Pfiiiiiiiit ! Chacun y va de son petit droit de retrait personnel. (trotte-menu, sauve-qui-peut, sud-est, nord-ouest, bernard-l’hermite, prie-Dieu)

Qu’il est difficile de maintenir le trait d’union au milieu des traits de caractères ! Ça tire dans tous les sens. Mais l’élasticité a ses limites. Le trait d’union se distend et la mine et le nez des professeurs s’allongent. (on-dit, ouï-dire, face-à-face, garde-à-vous, lance-flammes, lance-missiles, pare-choc, pare-feu)

Parfois l’union se fait de façade. Dans le mot ‘ensemble’, il y a ‘semble’. Le trait d’union peut ressembler à un sourire pincé (sous-marin, pince-sans-rire, pis-aller, quant-à-soi)

Alors que La Fontaine la jouait cash, carte sur fable, «Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage», le modeste trait de plume s’échine. (porte-plume,  hors-texte, serre-livres)

Le trait d’union, c’est bien. Mais une communauté éducative ressemble à une foule sentimentale dans une chanson de Souchon. Il faut voir comme on la traite. Le trait d’union se fait alors planche de salut. En effet, au contraire des rats, des rassemblés ne quittent jamais le navire. (mort-aux-rats). Malgré tout, si l’union fait la force, on ne la force pas. (tord-boyaux)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s