Dictionerfs – Inédits – LA FABLE ET M. LE MINISTRE

LA FABLE ET M. LE MINISTRE, Coïncidence (Prof, le laboure heures et ses élèves)

Le fonctionerfs connaît bien la fable de La Fontaine qui s’intitule Le laboureur et ses enfants. Cela fait des années que ses élèves l’apprennent en 6ème. Des années ! Suranné, va ! De quoi mériter le PV de Professeur Vintage. En plein numérique, avec sa mine de déterré, il ose des ressources pédagogiques exhumées du dix-septième siècle ! Le XVIIème siècle, le temps révolu des monarques, rendu sourd par la quantité de ‘Sire’ dans les oreilles à la cour. Encore une preuve que le fonctionerfs ne fait rien qu’à apprendre la poussière.

Au temps de la tablette et du wifi en marche, dire qu’il y en a encore pour célébrer le succès de la tortue. Faire apprendre des fables de La Fontaine c’est s’inscrire dans le vieux monde, accepter de ne plus avoir le corps beau, mais un grand corps malade, inadapté, dépassé…

Stupeur. En cette fin juillet, voilà que dans les colonnes du JDD, le nouveau ministre de l’Éducation célèbre La Fontaine et en particulier la fable du Laboureur et ses enfants.

Laboureur

Alors que le nouveau gouvernement mise, avec le sourire, sur l’affable (le fonctionerfs n’a rien contre), son ministre de l’Éducation mise, lui, sur la fable.

Le fonctionerfs est inquiet. Et si on le pensait récupéré, bouffé par le système, prêt à lécher les bottes de sept lieues d’une institution En Marche ? LREM ou La Récup’ En Marche ? Et puis il y aussi cette expression « morale de l’école » qui apparait dans l’interview et qui lui fait bizarre…

Il rejette un œil au texte de La Fontaine. À relire les mots du poète après ceux du Ministre, quelques vers lui parlent étrangement.

« Travaillez, prenez de la peine : C’est le fonds qui manque le moins. » Plus de quinze ans qu’il est entré dans une carrière où ses aînés restent de plus en plus tard. Et puiser, et puiser…épuisé ?!

« Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût », ce concept de pelle dans un champ, outre la froideur du socle, lui rappelle, fin août oblige, la rentrée de septembre. Brrr.

« D’argent, point de caché », oui, comme dans ce métier de professeur où le savoir est doux, la terre est dure et le point d’indice bien gelé.

« Le travail est un trésor ». Le grec aussi, qui est la langue originale de cette histoire d’abord racontée par le fabuliste antique Ésope.

Il revient sur le vers qu’il l’avait un peu glacé.

« Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût » L’Oût ? Même si chez La Fontaine le mot rime avec « bout » (« Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout. »), ça le fait penser au nom anglais loot qui signifie butin. Travailler la qualité de son mois d’août voilà son trésor du moment. Pour cela, il prend bien son élan en cette fin juillet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s