Dictionerfs – Inédits – CORNEGIDOUILLE ! CORNEJ2 !

CORNEGIDOUILLE, CORNEJ2 !, Juron de stage (L’Ubu pédagogique)

CornegidouilleLa réforme du collège avance ses pions. Le fonctionerfs découvre ‘J2’ dans son calengrillé. Pas de cours ! Pas d’élèves ! Un stage. Après l’épiphanie du 6, voici l’EPIphanie du 11. En l’honneur de la réforme du collège, une cérémonie de décérébration pas religieuse en forme de stage.

J2, en langage terre-à-terre, ça signifie que tiers par tiers, par bahut, tous les enseignants vont se réunir avec des collègues d’établissements voisins pour…bon, ça c’est plus flou, mais, en gros, travailler sur la réforme du collège.

Avec cette réunion de bassin, le fonctionerfs a la guitare qui le démange. Ses moustaches frisent. Ce bassin lui inspire du Brassens. À l’idée de tous ces cours manqués, c’est l’occasion d’exclamations et de plaisanteries en forme de ronde des jurons. Le premier juron qui lui vient c’est Cornegidouille, ! CorneJ2 ! (même s’il aime bien aussi morbleu, par ma barbe, sapristi, jarnicoton, scrogneugneu, saperlipopette, ventre saint-gris).

Il jura mais un peu tard ? Ce n’est pas un peu tard qu’il jure. C’est depuis un moment. Heurté par les excès d’abus en tout genre, il s’en réfère à Ubu. Un de ses nombreux compagnons de route : il avait déjà évoqué d’Alfred Jarry à l’occasion d’un merdredi : https://dictionerfs.wordpress.com/2014/04/22/dictionerfs-inedits-merdredi/).

Le fonctionerfs est comme le prof de Zlatin : il ne croit pas au projet mais au but pédagogique (dans la lucarne, si possible). Alors, quand il pense à ce stage, il pense à un bien triste Ubu pédagogique, voulu par quelque maître des Phynances.

Le fonctionerfs se voit enchaîné à un stage toute la journée. Sans échappatoire, sans exit et sans latin. Il regarde de tous les côtés : l’issue de ce cours qu’il n’a pas donné est complètement bouclée. Dans ce huis clos, il s’agit de célébrer la réforme à laquelle il ne peut adhérer que bien décérébré. Oh ! D’heure en heure, il devrait bien finir par s’y faire.

Pousser au guignol, se faire hurluberlu au pays du père Ubu ? Non, on pourrait mal le prendre. En cas de galette, il risquerait encore de s’en prendre plein les dents et se retrouver à souhaiter une bonne année deux mille feive. L’année 2016 est longue, il faut qu’il tienne le coup, pas qu’il en prenne ! Blod,_svette_–_og_1_tann_mindre”_(Blood,_sweat_–_and_one_tooth_short)

Publicités